Fredondaine

Fromage à pâte demi-ferme à croûte lavée

Peut-être le plus méconnu de nos fromages. Son odeur et son goût doux de beurre et de crème en fait un excellent compagnon de votre sandwich du midi.

En savoir plus

Cheddar

Fromage non affiné à pâte ferme

Notre cheddar frais du jour, un délice lors de vos pique-niques, vos buffets ou simplement dans votre lunch du midi. Les enfants en raffoleront en collation.

En savoir plus

Jocoeur vieilli

Fromage à pâte ferme, faible en gras

Pour ceux soucieux de leur santé, notre fromage cheddar allégé en matières grasses mais pas en goût.

En savoir plus
 

Bloguons sur le fromage

Vous pouvez manger notre fromage en toute sécurité

Qui, dans le monde du fromage québécois, ne se souvient pas de l’opération menée par le M.A.P.A.Q auprès des fromagers de la province en 2008, suivant la découverte de fromage contaminé à la bactérie Listeria

Est-ce que vous pouvez manger du fromage québécois en toute sécurité? Le fromage fait au Québec est probablement le plus hygiénique au monde!

Par contre, qu’en est-il des fromages français vendus ici?

Pour importer au Canada, le fromage français, par exemple, doit démontrer un certificat de salubrité.  C’est seulement sur la base de ce document que l’A.C.I.A, (l’Agence canadienne d’inspection des aliments), laisse entrer des tonnes de fromage importés sur le marché du Québec.

Sur l’ensemble des fromages importés au Canada, L’A.C.I.A fait la collecte d’environ 400 échantillons par année pour s’assurer de leur salubrité. Tout un contraste avec les mesures intensives en vigueur au Québec. En effet, les fromageries québécoises sont inspectées chaque mois, voire plusieurs fois mensuellement dans certains cas.  De plus, les normes au Québec reliées au nombre de bactéries dans un fromage sont 100 fois plus contraignantes que celles de la France.

La philosophie en France est différente de la nôtre en terme du nombre de bactéries présentent dans les fromages.

En effet, en France le fromage au lait cru par exemple doit être considéré sécuritaire pour une personne adulte en bonne santé. Au Québec le même type de fromage doit être sécuritaire pour être consommé par l’ensemble de la population : les nourrissons, les personnes âgées, de même que les gens ayant un système immunitaire affaibli. La base n’est pas du tout la même pour établir une norme.

C’est le Temps des Fêtes et vous êtes grippés? 

Un petit morceau de fromage de lait non-pasteurisé de La Vache à Maillote pour vous remonter le moral!  Goutez-y, c’est délicieux et sans danger pour tout le monde,  bébé aussi!

Vache à Maillotte

29 décembre 2014 


Le fromage coûte cher? En tout cas pas aux payés de taxes

De plus en plus de voix se font attendre au Canada et au Québec pour insinuer que le lait et le fromage coûtent cher. Le prix des produits laitiers serait plus bas s’il n’y avait plus de système de gestion de l’offre (quota) au pays.

De plus, le Canada sera bientôt le seul pays au monde à toujours avoir un tel système. En Europe en 2015, la gestion de l’offre disparaîtra, emboitant le pas à la Suisse, L’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Si certains trouvent que les produits laitiers coûtent cher, il est bon de rappeler qu’il ne coûte rien aux contribuables! En effet, ce système de la gestion de l’offre est autosuffisant financièrement et ne reçoit pas d’apport monétaire des fonds publics.

Maintenant, tous les pays qui ont laissé tomber le système du quota ont dû mettre en place des programmes de compensation qui ont coûté plusieurs centaines de millions voir plus de 1 milliard.

Aux États-Unis où le lait et le fromage peuvent sembler moins chers, il est bon de mentionner que cette industrie est soutenue à coût de millions en subventions de toutes sortes. Au Canada et au Québec, l’industrie laitière ne reçoit pas d’aide financière du gouvernement comparativement au secteur du porc ou du bœuf.

En plus, le prix des produits laitiers n’a pas connue une baisse dans les pays qui ont éliminé la gestion de l’offre, seul le prix du lait donné aux agriculteurs a diminué. Ceci provoquant une industrialisation du secteur afin de baisser les coûts de production au minimum. Créant ainsi de nombreuses pertes d’entreprises et d’emplois locaux. 

Est-ce qu’on peut ici, savourer ce bon fromage de chez nous, il est fait ici, il donne des emplois en région et une fois que vous l’avez payé le gouvernement ne pige pas dans vos poches pour soutenir nos entreprises!

Vache à Maillotte

13 décembre 2014